Isoler les murs

Dans la rénovation
Le choix de la technique et de l’isolant dépend en partie de l’existant. Si le matériau existant est « respirant » (s’il est ouvert à la diffusion de vapeur), comme la brique, la pierre, le bois…, il ne faut surtout pas « l’étouffer » avec un isolant étanche à la vapeur d’eau. Le risque est en effet d’emprisonner la vapeur d’eau dans le mur si l’on isole par l’extérieur ou d’empêcher ces échanges de s’effectuer correctement en cas d’isolation par l’intérieur. La vapeur d’eau s’infiltre toujours aux mêmes endroits et se condense au niveau des ponts thermiques, dans des isolants qui bien souvent détestent l’humidité. Résultat, ils se dégradent et n’assurent plus leur rôle de protection thermique. La suite, c’est le développement de moisissures, les détériorations de revêtement, l’effritement des enduits… D’où l’intérêt des isolants naturels dits « perspirants » ! Les murs très anciens (pans de bois, torchis…) doivent ainsi faire l’objet d’une attention particulière et d’un avis professionnel, la pose d’un isolant mal adapté risquant de les détériorer en modifiant dangereusement leur équilibre hygrométrique.

Attention à l’humidité !
Comme pour le sol, il faudra résoudre les problèmes d’humidité avant d’isoler. Remontée par capillarité ? Fuite d’eau ? Gouttière défectueuse ? L’isolant n’est pas un camouflage ! Si les problèmes ne peuvent être résolus, il faut ménager une lame d’air entre le mur et l’isolant (en particulier dans le cas d’une isolation par l’intérieur).

Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>