Isolants minces

Egalement présentés sous forme de rouleaux, les isolants minces affichent en général une épaisseur de 5 à 25 mm. Ils fonctionnent, non pas sur le principe de résistance thermique mais sur celui de réflection de rayonnement thermique. Et, de ce fait, leurs performances thermiques sont relativement faibles (5 à 20 fois inférieures aux exigences actuelles pour les bâtiments neufs). Le CSTB a ainsi émis un avis défavorable, démontrant « qu’en période froide, et dans les conditions les plus favorables, la résistance thermique maximale d’un produit mince réfléchissant courant de 2 cm d’épaisseur avec deux lames d’air adjacentes, ne peut pas dépasser 2 m².K/W. » (Etudes CSTB financées par l’ADEME dans le cadre du PREBAT). En clair : même bien posé, ce produit ne peut se substituer à un produit isolant classique. A noter qu’il est souvent mal posé, ce qui diminue encore son efficacité et accroît les risques de condensation.

Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>