Comment végétaliser ?

Les grands principes

Une toiture végétalisée, quel que soit le type de végétalisation, repose toujours sur une même organisation, garantissant l’étanchéité de la toiture et la viabilité du système. Cinq éléments sont indissociablement liés pour la réussite d’un tel projet :
- La structure porteuse (qui détermine le type de végétalisation envisageable)
- La membrane d’étanchéité (indispensable à toutes les couvertures)
- Le principe de drainage (qui permet l’évacuation de l’eau)
- Le substrat (pour l’implantation et la croissance des végétaux)
- La couverture végétale.

Végétalisation de toiture ne signifie pas forcément jardin…

L’intérêt majeur des toitures végétalisées est de s’adapter à tous les contextes. Villes ou campagnes, construction neuve ou rénovation, immeuble ou maison particulière, toiture plate ou à deux pans… A chaque situation sa solution et donc sa technique.

Trois types de toitures végétalisées.

- La végétalisation intensive est la transposition du jardin sur le toit. Mais il faut savoir que la toiture-jardin réclame une importante épaisseur de terre (qui peut aller jusqu’à un mètre ou même deux mètres). De ce fait, les contraintes sont fortes et toiture et structure doivent être capables de supporter l’important surpoids qui sera généré (pouvant dépasser 600 kg/m2).
L’investissement de départ est plus élevé que pour les autres techniques (de 100 à 180 € HT/m2 selon les plantations, voire davantage pour des projets complexes).

- La végétalisation semi-intensive utilise un complexe de culture élaboré (terre remplacée par des substrats spécifiques), d’épaisseur moyenne (15 à 30 cm). Ainsi l’épaisseur est suffisante pour autoriser une végétation élaborée et variée. Cette technique intermédiaire affiche un poids moyen au m2 allant de 150 à 350 kg. Moins contraignante pour la structure, elle peut aussi admettre des pentes de toiture allant jusqu’à 10%. A vocation décorative et d’entretien modéré, elle nécessitera un arrosage régulier (généralement un goutte à goutte).
Le coût va de 70 à 85 € HT/m2.

- La végétalisation extensive peut être assimilée à un « tapis végétal ». Ce mode de couverture consiste à créer un écosystème sur un complexe de culture élaboré de faible épaisseur (3 à 7 cm environ), permettant la réalisation d’un couvert végétal permanent (couvre-sols rustiques, mousses et sédums…). Cette faible épaisseur prévient l’apparition de graminées gourmandes en eau, qui étoufferaient les sédums. Outre le faible poids en toiture (de 100 kg/m2 maximum à saturation d’eau), son avantage principal est de ne pas nécessiter d’entretien ni d’arrosage sauf en cas de sécheresse prolongée. C’est une solution qui convient bien aux grandes surfaces, aux toits inclinés et aux habitations existantes.
L’investissement est modeste (de 30 à 50 € HT/m2 selon le mode de culture).

Les techniques de végétalisation

Une toiture, pourvue de son étanchéité et d’une épaisseur de substrat ou de terre, peut être végétalisée selon différentes manières : par semis, par plantations ou par pose d’éléments pré-cultivés. Par semis, il s’agira de planter des semences ou des fragments de plantes, comme le ferait un jardinier amateur plein de bonne volonté.
L’opération est longue et elle réclame beaucoup d’attention et de soins pour s’assurer que la végétation « prend ». Il faudra attendre plus d’un an, voire deux, pour voir la toiture se couvrir de manière homogène. D’où les plantations de micro-mottes ou de godets, permettant l’intégration d’espèces qui se sont déjà développées.
Dès la plantation, la toiture est végétalisée ; le manteau sera homogène au bout de douze mois. Enfin, les éléments pré-cultivés (tapis végétal, bacs de culture, dalles…) ont cet avantage de proposer une toiture qui une fois achevée est déjà arrivée à maturité et immédiatement esthétique.

Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>