Histoire du bois

Le bois est une matière ligneuse élaborée par un organisme vivant au milieu d’un écosystème. L’ensoleillement, la texture du sol (sable, limon, argile), l’altitude, la température… tous ces facteurs interviennent directement sur la croissance des arbres.
L’épaisseur de l’aubier et des cernes annuels d’accroissement, la densité, le grain, la rétractabilité… marqueront définitivement cette croissance  et révèleront en grande partie les qualités propres du bois.

Composition et spécificités :

L’origine végétale du bois explique ses particularités, mais aussi sa variété en tant que support de finition ou matériau de structure.

Aubier/Bois parfait :

L’aubier correspond au bois physiologiquement actif, mais après quelques années les vaisseaux cessent peu à peu d’alimenter l’arbre et s’imprègnent de différentes substances : tanins, résines…

Cette transformation progressive en bois parfait, ou duramen, est appelée duraminisation.

L’aubier est la partie de l’arbre juste sous l’écorce, généralement tendre et blanchâtre. C’est la partie correspondant aux zones d’accroissement le plus récemment formées contenant des cellules vivantes. Il est généralement plus sensible aux attaques des insectes xylophages (insectes qui mangent le bois), car il est plus riche en protéines.
L’aubier se fissure aisément et ne peut donc pas être utilisé pour des éléments de structure porteuse.

Le duramen est la partie interne du bois, correspondant aux zones d’accroissement les plus anciennement formées, qui ne comportent plus de cellules vivantes. Appelé également « bois de coeur » ou « bois parfait », il s’agit d’un bois dur, compact, dense sec et imputrescible souvent plus sombre que l’aubier.

Le menuisier et le charpentier ne sont intéressés que par le duramen et évite de mettre de l’aubier dans leurs meubles et charpentes. Seul l’aubier fait l’objet d’attaques par les insectes xylophages.

Densité/Dureté :

La densité des arbres est très variable selon les espèces et à l’intérieur d’une même espèce. Une corrélation étroite existe entre la masse volumique et la dureté, les bois les plus denses sont les plus durs et le bois les plus légers sont les plus tendres…
La dureté du bois est une étude qui met en valeur la résistance du bois à des contraintes réelles.

Exemple : En maison ossature bois, les poutres porteuses sont en bois donc il faut un matériau très résistant à la compression, à la flexion…

L’eau et le bois :

Au moment de l’abattage, le bois peut contenir plus d’eau que de matière-bois ; parfois deux fois plus dans certains peupliers. L’humidité est alors supérieure à 100%.

Exemple : le peuplier à besoin de plus de 600 litres d’eau par jour.

Séchage :

Afin d’éviter que le bois ne subisse des retraits après mise en oeuvre, ce qui pourrait entraîner des désordres notamment dans les assemblages, il est indispensable de le sécher avant tout usinage et utilisation en construction.

Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>