Quelques explications sur le bardage

Un bardage protège la façade d’une habitation contre les intempéries (pluie, grêle) mais aussi contre les remontées humides tout en préservant l’aération entre le bardage et la façade, contrairement aux enduits cimentés qui gardent l’humidité « prisonnière » des murs. L’aération est assurée par la lame d’air que l’on prend soin de placer entre la structure de l’habitation et le parement extérieur.

Les différents types de bardages qui existent :

  • Bardage Sapin : Majoritairement originaire des forêts scandinaves où il pousse lentement, le Sapin du Nord est l’essence idéale pour une façade bardée privilégiant le rapport qualité/prix.

  • Bardage Fibre Ciment : Selon les conditions climatiques auxquels il sera exposé, le budget ou le style recherché pour l’habitat, un revêtement de surface extérieure pourra être un bardage métallique, en bois, pierre, PVC ou bien un bardage fibre ciment. On peut trouver de plus en plus de revêtements dits « composites » sur le marché, et leurs composants sont multiples, du sable au verre, des polymères à la fibre de cellulose.

  • Bardage bois : De très loin le matériau le plus répandu, et celui qui l’emporte pour son aspect naturel et chaleureux,

  • Bardage PVC : très souvent sous la forme de clin, en imitation du bois, avec finition lisse ou veinée, simple de pose et d’entretien.

Attention à la dilatation du PVC. Respecter les préconisations de pose.

Conseils de pose :

Ventilation :

  • Un espace minimal entre le support et le dos des lames de bardage doit être ménagé.
  • La pose des tasseaux doit permettre la libre circulation de l’air entre le bardage et son support.
  • Des entrées et sorties libres (soit haute et basse) de section 50Cm² par mètre linéaire de bardage doivent être aménagées. Prévoir des grilles anti rongeurs.

Les tasseaux constituant l’ossature :

  • doivent permettre un clouage efficace des lames de bardage.
  • doivent être de classe de risque biologique 2.
  • l’écartement des tasseaux ne doit pas excéder 35 fois l’épaisseur des lames.

Les lames :

  • Les lames doivent être clouées avec des pointes protégées contre la corrosion.
  • Les clous pour bardage ;
  • Les clous à corps lisse sont interdits
  • La tête des pointes ne doit pas pénétrer plus de 1 mm dans le bois.
  • La pénétration des clous dans le support doit être au moins de 22mm
  • Chaque lame est clouée à chaque intersection de support.
  • Le nombre et la position des clous dépendent de la largeur des lames.

Protection des coupes :

  • Concernant les lames en bois traité, lors de la découpe des lames, il est nécessaire d’appliquer un produit de traitement de classe de risque III sur la partie fraîchement sciée.

Style de pose :

  • A l’américaine : la pose horizontale est la plus répandue ; elle donne l’illusion, grâce aux lignes de fuite, que la maison est plus grande.
  • A la scandinave : la pose verticale est la plus traditionnelle ; elle offre au bâtiment une allure élancée mais nécessite de chanfreiner les bas des lames en biseau pour faciliter l’évacuation des eaux de pluie.
  • La pose en oblique : la plus élégante ; elle requiert une grande habileté de la part du poseur et surtout une grande attention afin que les découpes n’engendrent pas une faiblesse : le bois doit rester protégé.

Normes :

  • NF EN 14519 (NF B 53-673) : Lambris et bardages en bois massif résineux – Profilés usinés avec rainure et languette
  • NF EN 14951 (NF B 53-674) : Lambris et bardages en bois massifs feuillus – Lames profilées usinées
  • NF EN 14915 (NF B 53-675PR) : Lambris et bardages en bois

- Caractéristiques, évaluation de conformité et marquage

  • NF P 65-210 : DTU 41.2 – Travaux de bâtiment – Revêtements
  • §extérieurs en bois
  • NF P 74-201 : DTU 59.1 – Travaux de bâtiment – Peinture -

Marchés privés – Travaux de peinture des bâtiments

Autres documents :

  • Cahier 3316 – CSTB : Règles générales de conception et de

mise en œuvre – Ossature bois et isolation thermique des bardages rapportés faisant l’objet d’un avis technique

  • Guide ETAG 017 : kits de vêture – Eléments manufacturés pour isolation thermique de murs extérieurs

Normes obsolètes :

  • NF P 21-204 : DTU 31.2 – Travaux de bâtiment – Construction de maisons et bâtiments à ossature en bois : paragraphe 10.7
  • NF P 23-201 : DTU 36.1 – Travaux de bâtiment – Menuiseries en bois

Rôles :

Un bardage en bois doit pouvoir remplir plusieurs rôles :

Un rôle esthétique : il est la touche finale sur un bâtiment neuf ou il recouvre

avantageusement un bâtiment à rénover.

Un rôle mécanique : résistance aux chocs et éventuellement aux frottements ; le

choix de l’essence, du profil, de la finition et du mode de pose est déterminant.

Un rôle fonctionnel : étanchéité à l’eau grâce au pare-pluie disposé sous les lames

de bardages, isolation thermique grâce au bois lui-même et à la lame d’air.

Sens de pose du Bardage :

Le bardage clin bois, revêtement extérieur constitué de lames en bois, est le plus rencontré, ce type d’assemblage peut posséder un sens de pose :

-         horizontal, le plus répandu,

-         vertical, le plus traditionnel,

-         en diagonale, le plus élégant.

La ventilation

Le non respect du DTU 41-2, qui prévoit cette lame d’air, lors de la pose d’un bardage amènera l’industriel à revoir la validité de sa « garantie produit ».

-         Une lame d’air d’une épaisseur d’environ 40 mm et une sortie de ventilation en haut du bardage permettent d’évacuer l’air chaud et d’améliorer notablement le confort et la thermique d’été.

-         La pose d’un profil permet de rythmer la façade et de satisfaire dans certains cas à la règle du C+D (propagation du feu par les étages).

-         La hauteur d’une lame d’air ne peut excéder 3,00m, au-delà de cette hauteur  prévoir une « rupture » dans le bardage afin de créer une nouvelle lame d’air.

-         Utilisez uniquement des pointes inox pour la fixation de votre bardage. Il conviendra de protéger les points de fixations et de traiter les coupes.

-         Un vide d’au moins 1 cm doit régner en tout point entre le bardage et le pare-pluie.

Le changement d’aspect

La surface est exposée aux rayons UV du soleil, à l’eau de pluie, aux changements de température et, dans une moindre mesure, aux agents agressifs contenus dans l’air.

L’ensoleillement, notamment les rayons UV, attaque la substance du bois et produit une altération superficielle. La décomposition des substances constituant le bois, avant tout la lignine, provoque des changements de couleur. La surface du bois devient jaunâtre ou brune.

L’eau de pluie délave ces produits de décomposition solubles. La surface humide du bois se couvre de champignons décolorants. Cette décoloration couvre la couleur bune du bois sans toutefois attaquer la substance du bois. La surface du bois devient grisâtre.

A la longue, l’exposition aux intempéries  délave surtout les parties du bois les plus molles (environ 1mm/10 ans). La surface prend du relief, et s’apparente à un bois sablé.

Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.