L’air interieur de notre habitation, un confort a protéger

Nous passons environ 80% de notre temps dans des lieux fermés en particulier dans nos logements, ce qui influe notre santé et notre confort. Elle peut être moins bonne qu’a l’extérieur puisqu’il est pollué par notre vie quotidienne (produits entretien, meubles, équipements…) Cela peut jouer sur notre santé ainsi que notre confort pour cela il existe des solutions.

Un air de mauvaise qualité, au fur et a mesure des réglementations thermiques et des rénovations d’habitations, nos logements sont de mieux en mieux isolé et calfeutrés. Mais cela ne permet pas un renouvellement de l’air intérieur qui repose maintenant essentiellement sur une ventilation a débit faible pour éliminer les polluants.

Les polluants proviennent de :

- Emissions de meubles

- Fumée de tabac, cuisine, lavage, jardinage

- Bricolage (peinture, vernis, isolants, sols, murs, plafonds)

- Produits d’entretien (insecticides)

- Décoration (bougies, parfums, désodorisants, encens)

- Produit de cosmétiques, de toilette

- Animaux domestiques

- Equipements intérieur de son logement (chauffage, chauffe-eau, les cheminées, brûlage de bois humide ou souillé, ventilation, climatisation, machine a laver, poubelles, mauvais entretien, meubles anciens)

- Humidité

- Polluants chimiques (monoxyde de carbone, composés organiques volatils)

- Polluants biologiques (bactéries, virus, toxines, acariens, moisissures, insectes, poussières, fibre)

Une conséquence très importantes sur la santé de notre entourages ainsi que la notre puisqu’un effet immédiat est provoquer pour une longue période qui se développent chez certaines personnes pour cause de l’age, de la vulnérabilité, l’état de sa santé, nos habitudes. Elles se remarquent par une gêne occasionnée ainsi que de l’inconfort ressenti : réactions aux mauvaises odeurs, irritations de nos yeux, de notre gorges, du nez, cancers, altérations de la capacité respiratoire, aggravation de certaine maladie, cardio-vasculaires, asthme)

Des réglementations sont donc mise en place par les pouvoirs publics , par l’observation de la qualité de l’air intérieur par état des lieux, le second Plan national santé environnement, l’étiquetage obligatoire : COV signale de façon simple et lisible le niveau d’émission en composés organiques volatils, surveillance de la qualité de l’air intérieur (A+ = émission faibles, C = émission fortes, ainsi que l’amélioration des connaissances concernant les polluants et leur conséquences, gérer son humidité a l’intérieur de son logement.

Des solutions sont a adopter (Voir l’article sur la ventilation)

Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.