La réglementation thermique 2012 (RT 2012) (2ème partie)

  • Ce qui change, par rapport à la RT 2005 ?

- Les exigences de performance énergétique globales sont uniquement exprimées en valeur absolue de consommation : niveau moyen très performant exigé, à 50kWH/m².an (et non plus en valeur relative par rapport à une consommation de référence recalculé en fonction du projet)

- L’introduction d’une exigence d’efficacité énergétique minimale du bâti pour le chauffage, le refroidissement et l’éclairage artificiel. Cette exigence prendra en compte l’isolation thermique et permettra de promouvoir la conception bioclimatique d’un bâtiment

- Suppression des exigences minimales de paroi (garde fous)

- L’introduction de nouvelles exigences minimales traduisant des volontés publiques fortes : obligation de recours aux énergies renouvelables, obligation de traitement des ponts thermiques (fuites de chaleur), obligation de traitement de la perméabilité à l’air des logements neufs, etc…

- Attestation par le maître d’ouvrage au dépôt de la demande de permis de construire de la réalisation de l’étude de faisabilité d’approvisionnement en énergies et de la prise en compte de la réglementation thermique

- Attestation par le maître d’ouvrage à l’achèvement des travaux que le maître d’œuvre a pris en compte la réglementation thermique. L’attestation est réalisé e par un contrôleur technique, un diagnostiqueur, un organisme certificateur ou un architecte.

  • Comment ?

La réglementation thermique 2012 repose sur trois coefficients : le besoin bioclimatique (BBio), la consommation (C) et la température intérieure de consigne (Tic). De manière simplifiée, le coefficient BBio correspond aux déperditions (pertes naturelles de l’enveloppe et besoin des usagers) moins l’apport gratuit (chaleur humaine, du soleil, etc…), le coefficient C correspond au besoin sur le rendement des équipements et Tic à la température maximale atteinte au cours d’une période de forte chaleur. Les coefficients BBio, C et Tic se calculent grâce aux outils de calculs : méthode Th-BCE 2012 et logiciels
réglementaires. Afin d’être conforme à la future RT 2012, un bâtiment neuf devra respecter 3 exigences globales :

1) Exigence d’efficacité énergétique minimale du bâti Bbiomax :

Exigence de limitation du besoin en énergie pour les composantes liées au bâti (chauffage, refroidissement et éclairage).

2) Exigence de consommation maximale Cepmax :

Exigence maximale de consommation d’énergie primaire à 50 kWhep/m².an en moyenne; 5 usages pris en compte : chauffage, production d’eau chaude sanitaire, refroidissement, éclairage, auxiliaires (ventilateurs, pompes).

3) Exigence de confort d’été Tic :

Exigence sur la température intérieure atteinte au cours d’une séquence de 5 jours chauds inférieure à une température de référence (Tic).

Quelques exigences de moyen :

- Recours aux énergies renouvelables en maison individuelle ;
- Traitement des ponts thermiques de structure
- Traitement de l’étanchéité à l’air (test de la porte soufflante) ;
- Surface minimale de baies vitrées (1/6 de la surface des murs) ;
- Mesure ou estimation des consommations d’énergie par usage (comptage) ;
- Prise en compte de la production locale d’électricité en habitation plafonnée à
12 kWhep/m².an (Cepmax + 12 kWhep/m².an).

Les modulations du Cepmax :

- L’usage (catégorie de bâtiment) ;
- La zone climatique (exemple ci-contre pour le logement individuel, en kWh/m²/an) ;
- L’altitude ;
- La surface moyenne des logements ;
- Le bois et les réseaux de chaleur.

Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.