La performance thermique (2ème partie)

  • Mode de calcul

- Coefficient de déperdition U

Pour chacune des parois et selon la zone climatique, la performance de référence s’exprime en coefficient de transmission U (exprimé en W/m².K). A partir du coefficient U, on déduit la résistance thermique R de l’isolant correspondant au niveau de référence de la paroi considérée.

Up=(1/ΣR)+ΔU

- Coefficient de déperdition de la paroi = Up.

- Une vis métallique traversant l’isolant génère une déperdition ponctuelle = ΔU.

- Coefficient Ubât

Passage obligé dans le calcul du Cepréf, le niveau global de déperdition de l’enveloppe du bâtiment Ubât permet de définir la qualité de l’isolation thermique d’un projet. Le coefficient Ubât-réf (exprimé en W/m².K) représente un coefficient de déperditions moyen du bâtiment :

- Déperditions par les parois (murs, planchers, toitures, baies).

- Déperditions par les liaisons (ponts thermiques des planchers, refends,…)

Ubât-réf est calculé avec les exigences de référence de ces parois et liaisons. En parallèle, le calcul du coefficient Ubât du projet devra être mené en respectant les exigences minimales.

- Coefficient Cep et Cepréf

Pour chaque bâtiment étudié, on calcul le niveau de consommation énergétique autorisé (coefficient Cepréf) et son niveau de consommation énergétique conventionnel, le coefficient Cep exprimé en kWh d’énergie primaire par m² par an et l’on vérifie :

Cep ≤ Cepréf

  • Labels

L’arrêté du 8 mai 2007 fixe des conditions d’attribution des LABELS HPE (Haute performance Énergétique), THPE 2005 (Très Haute Performance Énergétique) et BBC (Bâtiment Basse consommation). La limite de consommation énergétique se situe à un niveau inférieur au niveau Cepréf RT 2005. Pour l’obtention des LABELS HPE EnR et THPE EnR s’y ajoutent les exigences de mise en œuvre de solutions utilisant des énergies renouvelables.

  • Bâtiments à énergie passive « BEPAS »

Il s’agit de bâtiments pouvant bénéficier du label BBC et atteignant un niveau de consommation énergétique de l’ordre de 15 KWh/m² par an.

  • Bâtiments à énergie positive « BEPOS »

Il s’agit de bâtiments qui ne consomment pas plu d’énergie qu’ils n’en produisent, ce qui implique la mise en place de moyens de production d’énergie attachée à la construction.

Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.