La performance thermique (1ère partie)

Une isolation thermique adéquate permet de garantir une température intérieure des bâtiments agréable et stable, et offre une protection à la fois contre le froid glacial et contre une chaleur cuisante. Ainsi, une bonne isolation thermique permet un meilleur confort de vie et une réduction des consommations énergétiques, tout en préservant notre environnement.

LE POUVOIR THERMIQUE ISOLANT

Un isolant est par définition un mauvais conducteur de chaleur. Plus la résistance thermique est élevée, plus le produit est isolant et donc performant. R est égale au rapport entre l’épaisseur du produit et sa conductivité thermique λ :

R = e/λ , exprimée en m².K/W

RÉGLEMENTATIONS ET NORMES EN VIGUEUR

  • Pourquoi ?

Les pouvoirs publics se sont engagés à « réactualiser » les exigences réglementaires tous les 5 ans. Actuellement, la réglementation en vigueur est la RT 2005. Elle définit les critères de performances des bâtiments neufs et extensions de bâtiments existants. La maîtrise des consommations d’énergie, la réduction des émissions de gaz à effet de serre sont les objectifs visés par la France comme par l’ensemble de la communauté internationale pour préserver les ressources énergétiques et limiter le réchauffement climatique.

  • Pour qui ?

Cette réglementation s’adresse à tous les acteurs de la construction engagés dans la réalisation de bâtiments neufs et extensions de bâtiments existants aussi bien sur les secteurs résidentiels collectifs ou individuels, privés ou publics, industriels, tertiaires et commerciaux. La RT 2005 doit être prise en compte par les prescripteurs, maître d’œuvre et d’ouvrage.

  • Quand ?

Cette réglementation est applicable à toutes les constructions neuves dont le permis de construire a été déposé depuis le 1er septembre 2006(Journal Officiel du 25 mai 2006, décret n°2006-592 du 24 mai 2006 et arrêté du 24 mai 2006).

  • Comment ?

La RT 2005 fixe une limite de consommation énergétique de référence (appelée Cepréf) à ne pas dépasser. Pour respecter cette exigence, la RT 2005 détermine des « repères » qui sont les niveaux de références (titre II de l’arrêté) et les exigences minimales (titre III de l’arrêté), ceux-ci pour tous les matériaux relatifs au bâti et pour les équipements. Elle prend en compte explicitement les déperditions des ponts thermiques. Pour justifier du respect de l’exigence réglementaire, il faut obligatoirement vérifier les 3 modalités suivantes :

- limiter les consommations énergétiques : Coefficient CEP du projet inférieur au « droit à consommer » ou coefficient Cep de référence :

Cep ≤ Cepréf (en kWh énergie primaire/m²/an)

- s’assurer du respect des exigences minimales ou « garde-fou » pour les éléments intervenant dans le bilan énergétique, notamment Cepmax max et Ubât-max

Cep ≤ Cepmax et Ubât ≤ Ubât-max

-limiter l’inconfort en été : température intérieure conventionnelle Tic inférieure conventionnelle Tic inférieure à la température intérieure conventionnelle de référence :

Tic ≤ Ticréf (en °C)

  • Différentes zones climatiques

Les exigences à respecter, hiver comme été, dépendent de la zone climatique où se situe le projet, soit 8 zones au total combinant températures extérieures et ensoleillement et correspondant  à des limites de département. Ces 8 zones correspondent simplement à une combinaison des précédents découpages de la RT 2000.

Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.