L’étanchéité à l’air, au cœur de la RT 2012

LA RT2012 S’ALIGNERA SUR LE LABEL BBC EN IMPOSANT UN TEST D’ÉTANCHÉITÉ A L’AIR SOUS 4 PASCALS

Cette exigence permet de limiter les zones de déperditions, le plus souvent situées sur les ouvrants (joints des menuiseries, coffres de volets roulant, portes sur annexes non chauffées ou trappe sur combles…) ou directement sur l’enveloppe (jonctions de parois, gaines électriques, liaisons murs/menuiseries…). Invisibles à l’œil nu, leur cumul représente un surface non négligeable qui peut aller bien au-delà des 690 cm² (un peu plus qu’une feuille A4) recommandés par la RT 2005. Avec le seuil de 0,6 m3/h.m², la RT 2012 autorise l’équivalent d’une surface de 120 cm² de fuites. Les fuites sont mesurées à différentes pressions, en mettant la maison en surpression ou en dépression à l’aide d’un ventilateur relié à un ordinateur. Il est recommandé de procéder à au moins 2 tests, l’un en cours de chantier, lorsque les défauts peuvent être corrigés, l’autre à la réception de la maison, pour la validation des performances. Ce dernier test sera obligatoire dans le neuf.

ANALYSER L’ÉTANCHÉITÉ

Une fois le volume des fuites d’air évalué, les zones déperditives sont repérées à l’aide de fumigènes ou d’une caméra thermique, qui indique les différentes températures par des codes de couleurs. Les défauts d’étanchéité peuvent alors être corrigés.

LES SOLUTIONS DE CORRECTIONS

Pour améliorer l’étanchéité d’une construction, pas de solution miracle, mais un soin de chaque instant lors de la construction. Pour les maisons maçonnées, l’étanchéité à l’air est assurée par des enduits de finition. La majorité des constructions bois met en œuvre des films (pare-pluie et pare-vapeur) qui doivent contribuer à une bonne étanchéité des parois sous réserve d’une pose rigoureuse continue et d’adhésifs adaptés. Au coordinateur de chantier de vérifier que le pare-vapeur n’est pas percé ensuite par des travaux de second œuvre, comme la pose de prises électriques ou le passage de gaines techniques. Les joints des menuiseries peuvent être renforcés par des mastics (silicone, acrylique…, ruban adhésif double face, ruban compressé, mousse) à étaler sur les zones pouvant entraîner une infiltration. Ces produits sont référencés selon leur performance en matière d’étanchéité. Ils sont classé A (étanchéité à l’air), E (étanchéité à l’eau) ou V (étanchéité au vent). Ce classement est ensuite suivi d’un indice chiffré croissant selon l’aptitude des joints à filtrer. Un joint d’étanchéité A1 par exemple se révèle moins performant qu’un A3. Le choix de ces joints se fait selon l’importance des défauts d’étanchéité et l’environnement existant comme la variation de température.

Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.