Plaques de plâtre: cloisons à bon compte

Faciles à manipuler, à découper et à poser, les plaques de plâtre s’adaptent à l’aménagement de l’espace intérieur. Des panneaux à toute épreuve pour améliorer son confort.

Polyvalente, la plaque de plâtre sert à doubler des murs, des planchers ou à créer des cloisons de distribution. Elle est généralement fixées sur une ossature en bois ou rails en aluminium. Ses performances sont liées au couple plâtre et carton: le premier assure la rigidité, le second amortit les chocs et prévient les fissures. Produit naturel s’il en est, le plâtre est fabriqué à partir du gypse, sorte de craie tendre largement exploitée dans le Bassin parisien. Broyé moulu et cuit, le gypse est transformé en poudre de plâtre, capable d’absorber l’eau, de gonfler et de former une pâte adhésive.
L’ajout d’adjuvants permet de bien contrôler le procédé de fabrication ou de modifier les performances voir ci-dessous, les plaques spéciales). Moulé en une couche mince, sur laquelle sont collées deux feuilles de carton souple, le plâtre devient alors une plaque.

Comment choisir ?

Le produit standard

De 1,20 m de largeur pour 2,50 m de hauteur et 13mm d’épaisseur, la plaque classique est connue sous le nom générique de BA13. Le sigle BA signifie « bords amincis », l’assurance de joints discrets.

  • Son poids est d’environ 25kg. La plaque laisse passer la vapeur d’eau, ce qui la rend sensible à l’humidité.
  • Elle est classée M1 en France ( combustible, mais non inflammable) et A2-S1-do en Europe (quasi incombustible).
  • à son prix d’environ 3€/m², il faut ajouter celui des accessoires pour obtenir le montant d’un doublage, soit environ 10€/m², hors pose (15€ environ pour une cloison).
  • Cette plaque standard existe aussi en 60 cm de largeur, plus facile à manipuler pour franchir des portes étroites par exemple, et en plusieurs hauteurs, de 2 à 3,60m. En plus de l’épaisseur standard (13mm), d’autres sont proposées, 10, 15 et parfois 18 mm. Enfin, selon les fabricants et les modèles, les plaques peuvent disposer de deux ou quatre bords amincis.

Les plaques spéciales

  • En ajoutant des fibres (cellulose ou fibre de verre par exemples), la résistance aux chocs et les performances sont améliorées. Cette plaque spéciale est dépourvue de carton, aussi est-elle incombustible. L’un des plus connus est le panneau Fermacell, mais il existe d’autres produits comparables proposés par les fabricants.
  • Un traitement de surface apporte de la résistance aux chocs. Ce sont les plaques HD (hauteur dureté), recommandées particulièrement pour les locaux à fort passage.
  • Un adjuvant spécifique modifie le comportement à l’eau du plâtre. La plaque hydrofuge, de couleur verte, peut être posée dans la pièces où l’humidité est forte (salle de bain, WC). La plaque pré-peinte en blanc est suffisante pour carreler ou tapisser ou s’éviter l’application de deux couches d’impression.
  • Plus épaisse (18 ou 25mm), et parfois doublée d’un isolant spécial, la plaque de plâtre est moins sonore. Elle est dite acoustique.
  • Pour des applications particulières, elle peut-être doublée d’un pare-vapeur en aluminium.
  • Enfin, la plaque de plâtre peut agir sur la qualité de l’air en décomposant le formaldéhyde grâce à des oxydes métalliques ajoutés au cours de la fabrication. Ces plaques dépolluantes n’agissent  pas sur les autres composés présents dans l’air et perdent leur efficacité si elles sont recouvertes.

Adopter les bons gestes

La pose sur ossature

  • Les plaques de plâtre sont fixées sur une ossature en bois ou des profilés en aluminium.
    L’ossature est d’abord mise en place. Sa largeur détermine celle de la cloison. Un premier côté est doublé de plaques de plâtre vissées dans les montants. L’intérieur de la cloison peut accueillir  un isolant ainsi que le réseau électrique. Le second côté est alors vissé.
  • Pour doubler un mur existant, l’ossature est fixée dessus ou installée devant.
    Ce décalage libère un espace qu’il est possible de remplir avec un isolant. un seul côté est à doubler de plaques de plâtre.
  • Les plaques sont fixées sur l’ossature, par les bords et au milieu du panneau.
    Les vis sont adaptées à la nature de l’ossature en bois ou en métal. Ce travail s’effectue à la visseuse. Il faut régler la force de vissage (le couple) de façon que les vis s’enfoncent dans le plâtre jusqu’à ne plus dépasser, mais tout écraser

La découpe

  • La plaque de plâtre se découpe au cutter.
    Tracez le repère au crayon. Coupez le carton au cutter et entamez le plâtre, en vous dirigeant le long d’un guide. Placez le panneau en porte-à-faux. Appuyer. Il casse le long du trait de cutter. Coupez le second carton. Cette technique ne soulève pas de poussière, à la différence d’une scie sauteuse. Mais celle-ci reste pratique pour les découpes arrondies.
  • Pour percer un trou bien rond, utilisez une scie cloche pour le bois, montée sur la perceuse. Pour un encastrement carré comme un interrupteur), servez-vous d’une scie à guichet (ou à chantourner), voire d’une lames de scie à métaux.

Les points singuliers

Masquer les joints

Il faut noyer une bande de papier (calicot) dans une couche de plâtre adhésif.
1) Avec un couteau de peintre ou une spatule, étalez soigneusement une couche de plâtre dans le relief formé par les bords amincis des plaques. Pour cela, 2mm suffisent.
2) Déroulez la bande à joint sur le plâtre frais, sans faire de pli.
3)Repassez une couche de plâtre pour masquer le papier et achever de remplir le relief. Les professionnels effectuent les étapes 2 et 3 en même temps. Après séchage, il faut poncer la plâtre pour effacer les dernières traces. Le même plâtre sert pour enduire les têtes de vis utilisées pour fixer les plaques à l’ossature.

Soigner la finition

Appliquer systématiquement deux couches de peinture acrylique blanc mat.
Après séchage, vous pouvez peindre, tapisser ou carreler. Si vous préférez une solution naturelle, utilisez un blanc de chaux.

Avantages….

  • La pose est rapide, propre et économique.
  • Une cloison creuse ou doublage permet de dissimuler les réseaux d’électricité ou de plomberie.
  • Les plaques de plâtre servent aussi de coffrages qui masquent des réseaux plus importants, la descente des eau usées ou la ventilation par exemple.

… et inconvénients

  • Sans traitement particulier, une cloison en plaques de plâtre est sonore, du fait de sa composition et de son armature métallique.
  • Il est compliqué de fixer des objets lourd,  à partir de 10-15 kg, par points de fixation. Il est préférable de modifier l’ossature et de les fixer dedans. Sinon, des chevilles métalliques spéciales à ailettes augmentent la résistance à l’arrachement.
  • Au plafond, sous une charpente industrielle, les plaques sont sensibles aux déformations de la structure.
  • En rénovation, enlever un carrelage ou un papier peint épais arrache aussi la carton. Pour limiter ce problème, il suffit d’appliquer une peinture d’apprêt sur les plaques avant de coller le revêtement
Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.