Fibres Végétales: la palette s’enrichit

Chanvre, cellulose, coton ou lin, les isolants végétaux prennent de l’essor. Aussi performants et faciles à mettre en œuvre que les laines minérales ils sont souvent plus sains et stable, mais coûtent également plus chers.

Face aux préoccupations environnementales, les isolants naturels, dits également biosourcés, suscitent de plus en plus l’intérêt. Bien qu’issus de matières premières renouvelables, ils doivent respecter un certain nombre de conditions, à l’instar des autres produits d’isolation, pour être compétitifs: faible consommation d’énergie pendant leur fabrication, leur transport et leur mise en œuvre, performances thermiques et acoustiques, être recyclables ou réutilisables en fin de vie… et sans impact nocif sur la santé!

Laine de coton: fibre recyclée

Issue du recyclage de vieux vêtements et de chutes neuves de l’industrie textile, la laine de coton réduit le volume de nos déchets.

Fabrication:
Les textiles récupérés (80%) sont effilochés avant d’être liés par des fibres polyester (20%).

Pose:
En rouleau ou en panneau, ce produit convient pour les murs sous toitures, combles, cloisons ou encore planchers car ses performances acoustiques sont reconnues. Léger, facile à couper avec un couteau à isolant, il s’agrafe sur des montants en bois ou se coince entre des rails métalliques. Il n’émet pas de poussière et est travaillé sans masque ni gants.

Performance thermique:
Lambda de 0.037 W/m.K pour la laine de coton soufflée jusqu’à 0.040 W/m.K pour les panneaux et rouleaux. Autre atout, ce matériau absorbe la vapeur d’eau, puis la restitue quand l’air est plus sec sans engendrer de tassement.

Comportement au feu:
Les laines de coton non traitées sont assez inflammables. Cette particularité est améliorée en plaçant l’isolation entre des cloisons coupe-feu. Les isolants traités passent en Euroclasse B-s2, pour devenir peu combustibles.

Chanvre et lin: ressources locales

Ces plantes présentent un excellent bilan environnemental: elles poussent vite, sans engrais ni traitement chimique et sont peu exigeantes en eau. Et elles valorisent une ressource locale. Leurs fibres entrent dans la composition des laines isolantes tandis que le cœur de la plante, réduit en copeaux, s’utilise en vrac ou additionné de chaux, pour réaliser par exemples des chapes et autres enduits.

  • Fabrication: cardées et aiguilletées, les fibres sont assemblées avec des fibres polyesters afin des constituer un matelas bien aéré. Non compostable à cause du liant synthétique, le lin comme le chanvre peuvent être recyclés en feutre et utilisés dans l’industrie automobile.
  • Pose : vrac, rouleaux, panneaux semi-rigides en toiture, pour les combles ou les murs. Faciles à travailler, ils s’installent comme les laines minérales mais ne nécessitent pas le port du masque ou de gants. La laine de lin se coupe encore plus facilement que le chanvre.
  • Performance thermique : Le chanvre affiche un lambda entre 0.035 et 0.040 W/m.K ( proche de celui des laines minérales). Celui du lin est légèrement plus faible: entre 0.037 et 0.047 W/m.K. Ces isolants sont de bons régulateurs d’humidité: la vapeur d’eau absorbée est restituée quand l’air devient sec.
  • Comportement au feu: un traitement ignifugeant est indispensable. De plus, il est aussi possible de poser ces matériaux entre des cloisons coupe-feu.
  • Insectes et rongeurs: lin et chanvre sont naturellement répulsifs. Attention toutefois que des indésirables ne détériorent pas l’isolant en nichant dans ce s fibres.

Ouate de cellulose: peu énergivore

Utilisée depuis une soixantaine d’année en Amérique du Nord et en Scandinavie, la ouate de cellulose est également un produit de recyclage, issu de la récupération d’anciens journaux.

  • Fabrication: tout d’abord, le papier est défibré, puis réduit en flocons avant d’être stabilisé et traité. Il peut être réutilisé ou recyclé, voire être composté après avoir été débarrassé des sels boriques par simple trempage dans l’eau.
  • Performance thermique : lambda entre 0.037 et 0.044W/m.K. La ouate de cellulose adsorbe jusqu’à 15 fois son poids en vapeur d’eau sans perdre son pouvoir isolant.
  • Pose : Conditionnée en vrac ( sac de 10 à 15 kg env.), sa mise en œuvre nécessite l’intervention d’un professionnel pour une projection à sec ou une insufflation dans des caissons horizontaux. Pour les murs, les panneaux en laine de cellulose sont plus simple à poser, mais nécessitent un savoir faire afin de prévenir tout tassement . Le port d’un masque est recommandé contre les poussières.
  • Comportement au feu: classement Euroclasse B-s2, qui était anciennement M1, soit peu combustible après traitement.
  • Insectes et rongeurs: ils apprécient la ouate. Un traitement, notamment aux sels de bore, est donc effectué. Il protège également des moisissures.
Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.