Les règles à respecter pour les revêtements extérieurs en bois

Qu’est ce que le bardage en bois :
Revêtement extérieur de façade d’éléments minces fixés mécaniquement sur une ossature. Il est constitué de lames de bois massif profilées ou non, bardeaux ou panneaux dérivés du bois.

L’ossature secondaire est constituée :
- soit de chevrons (cas d’une isolation par l’extérieur)
- soit de tasseaux (cas des parois à ossature bois)
- soit de deux lits croisés (premier lit constitué de chevrons et second lit perpendiculaire ou incliné constitué de tasseaux)
ou double tasseautage.

Sont utilisés :
- soit des tasseaux en bois correspondant à la classe 2 de risques biologiques selon la norme NF EN335-1 avec un classement mécanique minimum C18 selon la norme NF EN338 et NF B52-001-4,
- soit des tasseaux en contreplaqué conforme à la classe 2 selon la norme NF EN335-3.
Lorsqu’ils sont prévus pour être supportés sur toute leur longueur et fixés avec un espacement au plus égal à 30 cm, ils ont une largeur au moins égale à 35 mm et une épaisseur minimale de 15 mm.

Dans les autres cas, l’épaisseur est de 22 mm au minimum pour entraxe et fixation jusqu’à 40 cm, et 27 mm au minimum pour entraxe et fixation jusqu’à 65 cm.
L’épaisseur minimale des lames est de 15 mm quand elles sont destinées à des supports dont les entraxes n’excèdent pas 40 cm, sauf pour les lames de section trapézoïdale en western red cedar et mélèze dont l’épaisseur peut être de 13 mm.

Pour les entraxes des supports supérieurs à 40 cm et limités à 65 cm, l’épaisseur minimale est de 18 mm.
Les lames en bois massif ont une largeur « exposée » ne dépassant pas 7,5 fois leur épaisseur.
Selon les normes NF EN335-1 et NF EN335-2, les lames de bardage et les bardeaux sont généralement de la classe de risque d’attaque biologique 3.

Au moment de la mise en oeuvre, l’humidité moyenne d’un lot de lames pour bardage n’e doit pas excéder 18%.

Recouvrement ou emboîtement
Le recouvrement ou l’emboîtement à la mise en oeuvre est au minimum de 10% de la largeur hors-tout des lames.
Le recouvrement des planches avec couvre-joint est au moins de 10% de la pièce la plus large.

TASSEAUX :
- La fixation doit être compatible avec les effets du vent et le poids du bardage (notamment en situation proche océanique).
- Entraxe des tasseaux : 600 mm.
- L’épaisseur du tasseau doit être compatible avec la longueur du clou.
- La durabilité des tasseaux doit correspondre à la classe de risque d’attaque biologique 2 selon la norme NF EN 335-2.
- Section recommandée : 25 x 40 mm.
- Pour un bardage posé sur béton, une section minimum de 40 x 40 mm est recommandée.

PARE-PLUIE :
- L’utilisation du pare-pluie s’avère nécessaire si le support de façade n’est pas étanche.
- Obligation en cas d’isolation par l’extérieur.
- Toujours en pose horizontale et en lés chevauchées selon DTU.
- Bardage pose horizontale : tasseaux verticaux.

VENTILATION :
- Bardage pose verticale : double tasseautage avec tasseaux verticaux en premier, puis horizontaux pour permettre une bonne circulation de l’air sur toute la surface de contre parement (circulation entre le bas et le haut).
- Pour que le bardage soit bien ventilé, le DTU 41.2 impose une lame d’air de 10 mm d’épaisseur minimum en séparation du matériau sur lequel sont fixés les tasseaux.
- Il doit également y avoir une grille anti-rongeur en bas et grille anti-insecte en haut.

FIXATION :
- 2 clous en inox à tête bombée et corps annelés de longueur 50 mm (dans la largeur).
- Clouer en dehors des joints de collage et en dehors des profilages, c’est-à-dire sur la largeur utile de la lame.

LE BOIS :
- Seules les essences naturellement durables en classe 3 purgées d’aubier (norme NF EN 350-2) peuvent être utilisées sans traitement.

Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.