Rénovation: isolation du toit par l’extérieur

Une isolation thermique et étanchéité à l’air. Une intervention par l’extérieur sans destruction des aménagements intérieurs. Une solution adaptée au métier de couvreur.

Le couvreur doit réfléchir à ce qui se passe dans la paroi qu’il crée. Un couvreur ne doit plus traiter exclusivement de l’esthétique de la toiture, mais être aussi capable de proposer des solutions d’isolation pour cette paroi. Les propriétaires d’un pavillon en banlieue parisienne avaient deux problèmes : une couverture vieillissante et une problématique d’isolation thermique.

Investissement à long terme

Pour répondre à ce double besoin, il faut préconisé, en plus de la réfection de toiture, une solution isolation de toit par l’extérieur. Au plan technique une solution souple à base de panneaux de laine minérale qui s’adaptent bien à la configuration complexe de cette toiture à quatre pans dotée de lucarnes.Le sarking n’est pas retenu pour des questions d’épaisseur et de volume extérieur qui obligeraient à faire de nombreuses modifications. Les panneaux sandwichs ou les caissons chevronnés demanderaient des moyens de levage plus important. Il faut faire attention à ne pas surcharger la charpente. Le système retenu est tout aussi efficace, notamment pour répondre à la problématique de l’étanchéité à l’air. Cette solution comprend, une fois l’isolant mis en place entre les chevrons, la pose d’un écran de sous toiture respirant.

Respect de la lame d’air

Concrètement, la mise en œuvre du complexe d’isolation nécessite, après la dépose de l’ancienne couverture, un grand nettoyage de la sous-face pour repartir sur des bases saines. Ainsi, la petite couche de laine minérale existante, mais vieillissante, a été enlevée par le dessus. Rehausser les chevrons à l’aide de contre-lattes pour obtenir une profondeur permettant d’y dérouler les panneaux isolants de 200 mm d’épaisseur. Mais avant de les dérouler, mettre en place la membrane d’étanchéité en fond de toiture et sur les chevrons rehaussés. Enfin, il est important de ne pas oublier la ventilation et les lames d’air pour ne pas créer de matelas d’air chaud entre la sous-toiture et les éléments de couverture, car cela annihilerait tous les efforts réalisés pour rendre la couverture performante thermiquement.

Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.