Le prêt rénovation « Eco-PTZ » : pour les logements anciens

Ce prêt « Eco-PTZ » est possible depuis 2009 et il est ouvert à tous, quels que soient vos revenus. Il est issu des travaux du Grenelle de l’Environnement pour durer jusqu’au 31 décembre 2013. Cet éco-prêt est destiné aux rénovations thermiques lourdes et à améliorer la performance énergétique des logements anciens construits avant le 1er janvier 1990. Ce nouveau prêt est en revanche accessible aux bénéficiaires du prêt à taux zéro (PTZ) d’accession à la propriété et cumulable.
Prêt écologique à taux zéro, l’Eco-PTZ permet aux propriétaires pour un montant maximal de 30 000 € remboursable sur 10 ans, d’améliorer énergétiquement leur résidence principale actuelle. Si cet Eco-prêt s’applique aux logements existants c’est parce qu’ils sont sources des plus importantes économies d’énergie.

La condition pour l’obtention de ce prêt est de réaliser un ensemble de travaux dit « bouquets de travaux » qui amènent le logement à un niveau à performance énergétique élevé ou « basse consommation ». Ces travaux devront être compris dans une combinaison de travaux ou bouquets de travaux d’isolation thermique, de remplacement du système de chauffage, d’intégration d’énergies renouvelables …

* A noter que l’Eco PTZ peut financer des travaux de rénovation thermique, eux-mêmes pouvant posséder un complément de financement avec le nouveau prêt à taux zéro PTZ+, et avec les aides de l’ANAH.

Les opérations éligibles Eco-Prêt à taux zéro

Si elles mettent en œuvre un « bouquet de travaux », c’est-à-dire un ensemble de travaux cohérents dont la réalisation simultanée apporte une amélioration très sensible de l’efficacité énergétique du logement.
ou

S’il s’agit de travaux recommandés par un bureau d’étude thermique permettant d’atteindre une performance globale minimale. Les frais d’études ou de maîtrise d’ouvrage associés, ainsi que les travaux induits seront également éligibles. (Ce qui implique l’ouverture à d’autres solutions élargies de type domotique, puits canadiens, micro-cogénération, etc …).

Les exigences de cette option dite amélioration de la performance énergétique globale, sont :

Consommation du logement avant travaux : plus de 180 kWh/m² par an
Résultat exigé au plus : 150 kWh/m² par an
Consommation du logement avant travaux : moins de 180 kWh/m² par an
Résultat exigé : au plus 80 kWh/m² par an

Catégorie de travaux éligibles    Caractéristiques techniques minimales
Isolation de la toiture    planchers de combles perdus : R ≥ 5 (m².K) / W

rampants de combles aménagés : R ≥ 4 (m².K) / W

toiture terrasse : R ≥ 3 (m².K) / W
Isolation des murs donnant sur l’extérieur    isolation par l’intérieur ou par l’extérieur :
R ≥ 2,8 (m².K) / W
Remplacement des fenêtres et portes-fenêtres donnant sur l’extérieur et remplacement éventuel des portes donnant sur l’extérieur    fenêtre ou porte-fenêtre :
Uw ≤ 1,8 W / (m².K)

fenêtre ou porte-fenêtre munie de volets :
Ujn ≤ 1,8 W / (m².K)

seconde fenêtre devant une fenêtre existante :
Uw ou Ujn ≤ 2 W/ (m².K)

porte donnant sur l’extérieur :
Uw ≤ 1,8 W / (m².K)
Installation ou remplacement d’un système de chauffage (associé le cas échéant à un système de ventilation performant) ou d’une production d’eau chaude sanitaire (ECS)    chaudière + programmateur de chauffage : à
condensation ou basse température*

PAC chauffage + programmateur de chauffage :
COP ≥ 3,3

PAC chauffage + ECS + programmateur de chauffage : COP ≥ 3,3
Installation d’une production d’eau chaude sanitaire utilisant une source d’énergie renouvelable    capteurs solaires : certification CSTBat, Solar
Keymark ou équivalent
Installation d’un système de chauffage utilisant une source d’énergie renouvelable    Chaudière bois : classe 3
Poêle bois, foyer fermé, insert : rendement ≥ à 70 %

Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.