L’étanchéité à l’air, une obligation de résultats lourde de conséquences

La Réglementation Thermique (RT) 2012 impose un niveau maximal de débits d’air dans les bâtiments neufs. Une mesure en fin de chantier validera le respect de cette exigence. Mais qui sera responsable en cas de résultat négatif ?

Avec la RT 2012, c’en sera fini des calories qui s’échappent par les fuites d’air au niveau de L’enveloppe. Deux niveaux ont été fixés par la réglementation : 1m3 / (m².s) en collectif et 0.6 m3 / (m².s) en maison individuelle. L’appréciation ne se fera pas au doigt mouillé, mais avec un test d’infiltrométrie effectué en fin de chantier, par un spécialiste indépendant.

RESPONSABILITÉ

Que se passera t-il en cas de résultat négatif du test ? En fonction de l’origine des fuites (qui peut être décelée grâce un test de fumées), l’entreprise concernée risque de devoir reprendre les travaux à ses frais. Mais en ce cas, tout est question de preuve ! Si le doublage ou les plafonds correctement réalisés ont été dénaturés par la suite, le plâtrier devra pouvoir prouver sa bonne foi, sans quoi il sera considéré comme co-responsable des fuites d’air. Cela signifie en outre que le plâtrier doit rester vigilant sur la réception des supports et ne pas risquer d’intervenir sur un ouvrage présentant un danger d’infiltrations d’air (par exemple à la jonction avec les menuiseries).

TESTS INTERMÉDIAIRES

Comment se prémunir de ce risque ? Un bon moyen consiste à effectuer une mesure en amont des travaux d’isolation et de doublage. En fonction de votre activité, deux stratégies sont possibles. Les artisans qui interviennent beaucoup en construction neuve, avec un certain nombre de chantiers, peuvent faire le choix d’investir dans dans une porte soufflante. Ces  machines se démocratisent petit à petit, à mesure que les ventes augmentent. Ceux qui au contraire n’effectuent que quelques chantiers en neuf dans l’année n’y ont pas intérêt. Il vaut mieux en ce cas, soit faire appel à un professionnel de l’infiltrométrie, soit mettre en commun un matériel entre plusieurs professionnels. Cet investissement a un coût, mais le jeu en vaut la chandelle s’il s’agit d’éviter de porter seul la responsabilité.

Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>